La vie de couple et ses concessions

Vie de couple et concessions

On entend souvent dire que pour avoir une vie de couple épanouie, il faut faire des concessions pour que « ça fonctionne ».

Ce qui veut dire que même si ça ne nous plait pas, il faut quand même s’exécuter.

Mais alors comment se respecter en vivant à deux ?

Dans la vie de couple, comme dans tous les autres aspects de notre vie, il est important de se respecter et d’agir en conséquence. Ce qui ne va pas forcement à l’encontre de la vie de couple. Mais faire une concession c’est abandonner un droit, un avantage ou une prétention. C’est donc l’inverse du respect de Soi.

A l’opposé de la concession, on trouve la compréhension. C’est-à-dire se respecter et agir en fonction de nos besoins et de nos envies. Ensuite, lorsqu’on comprend que c’est important pour soi-même, on peut comprendre que ça puisse l’être aussi pour l’autre.

A partir de ce moment, si bien sûr les partenaires sont dans le respect mutuel, on peut comprendre les demandes de l’autre, non plus comme une exigence à laquelle on doit faire des concessions, mais comme une expression de ses besoins et de ses envies. On peut donc répondre plus facilement de manière favorable car on a conscience que l’autre fera aussi son possible pour répondre à nos propres besoins et envies.

Il est aussi primordial, dans ce cas de figure, de respecter ses propres limites pour pouvoir ensuite respecter celles de l’autre. C’est à dire que si l’autre ne répond pas, pas immédiatement ou différemment à notre demande, ce n’est pas contre nous-mêmes, mais simplement qu’il ne peut pas y répondre, comme nous le souhaiterions, sans s’oublier et sans aller à l’encontre de lui-même.

En général, le fonctionnement par concessions engendre de la frustration, de la rancœur, un sentiment de manipulation et une injustice si l’autre ne répond pas à nos demandes. Alors que la compréhension va cultiver l’amour, l’entraide, l’empathie et la confiance mutuelle. En utilisant, en plus, la communication non violente, on facilite les échanges, donc la compréhension mutuelle et enfin la confiance réciproque.

Pour changer les choses, il est possible d’entamer une thérapie, de faire en sorte de lâcher le mental, ou de s’orienter vers la communication non violente.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu